parasite-poster

« Parasite » est un film Sud-Coréen réalisé par Bong Joon-ho et sorti le 05 juin 2019 en France (sortie nationale).

Ki-woo Kim est engagé comme professeur de soutien en Anglais chez les Park. Cette famille richissime, un peu naïve, devient une proie parfaite pour les Kim afin de sortir de la misère.

Le casting est composé de l’excellent Song Kang-ho (Murder of Memories, Snowpiercer), Lee Sun-kyun (Haewon et les hommes, Oki’s Movie) ou encore Cho Yeo-jeong (The Servant, The Concubine)…

Le long-métrage est un énorme succès international. Il a été récompensé de la Palme d’Or du Festival de Cannes 2019, ainsi que de quatre statuettes aux Oscars 2020 dont le prix du Meilleur Film !

 

Synopsis :

C’est dans un sous-sol délabré de Corée du Sud que vit la famille Kim. Avec ses parents au chômage, Ki-woo voit une opportunité de travail se présenter à lui grâce à son meilleur ami : Donner des cours d’anglais à Da-hye Park, la jeune fille d’une très riche famille de la ville.

Après avoir rencontré ses hôtes et donné sa première leçon. Ki-woo s’aperçoit et juge que la mère de famille, Yeon-gyo Park, semble quelque peu naïve. Et s’il était possible d’utiliser cette faille afin de faire passer sa propre sœur pour une « art-thérapeute » réputée dans le but de canaliser le petit dernier de la famille : Da-song. Et pourquoi pas davantage ? Mais la gigantesque maison des Park cache un lourd et surprenant secret…

 

 

Avis :

Une claque ! Ce long-métrage mêle les genres à la perfection. Navigant de la comédie à l’horreur en passant par une atmosphère digne des plus grands thrillers.

« Parasite » est un film Sud-Coréen étrangement Américanisé. S’il garde tout de même ses caractéristiques locales, il s’intègre excellemment bien aux schémas classiques hollywoodien de l’Oncle Sam.

L’ambiance instaurée par Bong Joon-ho est mi-malicieuse, mi-malsaine. Vous ne pouvez absolument pas prévoir ce qui va se passer dans ce film. Il y a un réel travail sur l’atmosphère, ne serait-ce que dans ses décors. La maison des Park est gigantesque, moderne, mais tellement froide, voire hostile. Ses habitants sont superficiels. Et seuls les Kim viennent donner un semblant de vie à ce logement. A l’inverse du sous-sol, où vivent ces derniers, qui est complètement dépravé, mais qui respire la vie.

Nous avons donc d’un côté, une famille de « parasites » face à une autre qui s’estime au-dessus de la mêlée et qui se fait naïvement berner. C’est génial !

 

parasite-1

 

Au début du long-métrage, comme un symbole, Ki-woo, le garçon aîné des Kim, se voit remettre une « stèle » de réussite afin de porter chance à la famille dans sa quête de recherche d’emploi. Élément qui deviendra important par la suite du récit. Ki-jung, pour sa part, est une « as » de la débrouille et de l’entourloupe. À partir du moment où elle intervient dans le foyer des Park, c’est un enchaînement d’événements qui se déclenche sans avoir la moindre chance de revenir en arrière. Et si tout semble se dérouler comme sur des roulettes, le retournement de situation est tellement imprévisible qu’il risque vraiment de vous laisser sur les fesses !

Le jeu d’acteur est sensationnel. Je suis constamment épaté de constater la qualité du jeu de Song Kang-ho. Il est tellement drôle et innocent que le sort final de son personnage semble si injuste. Le karma est un principe extrêmement important du long-métrage. La chance se provoque et génère systématiquement un retour assez violent dans « Parasite ».

On peut noter une bande originale de bonne qualité sans pour autant sortir du lot. Cependant, celle-ci reste cohérente avec les séquences présentes à l’écran.

Toujours cette fameuse volonté de confronter un choc des cultures dans les œuvres de Bong Joon-ho. Les pauvres sont malins et débrouillards (bien que profiteurs) tandis que les riches sont hautains et naïfs. Et au milieu de ceux-ci, un couple inqualifiable qui met un sacré bazar dans le plan des Kim !

Une pure merveille. Je ne sais vraiment pas quoi lui reprocher.Un seul conseil : Voyez-le !

 

parasite-2

 

Partie Spoiler :

Et pour pouvoir gratter la surface de ce « Chef d’œuvre », je vais devoir vous révéler certains éléments du récit. Donc, pour ceux qui n’ont pas vu le film, merci de vous arrêter ici sous peine de vous gâcher la surprise.

Prendre la place du « professeur d’anglais », ensuite de la thérapeute, du chauffeur pour terminer par la gouvernante… Du pur génie. C’est même machiavélique ! La façon dont Ki-jung manipule le chauffeur de la famille Park afin de placer son propre père à sa place. Puis, le fait de jouer avec la santé et les allergies de la gouvernante afin de la remplacer par la figure maternelle… Et les voilà tous réunis dans un même endroit, sans lien apparent, face à une famille complètement trompée jusqu’au grand final.

Ah ! La gouvernante ! Quelle surprise ! Cette bonne femme, en apparence gentille, qui devient un véritable monstre quand la vie de son mari est en jeu. On est d’accord ? Ça devient n’importe quoi (dans un sens positif) à partir du moment où on prend connaissance du secret caché de cette maison. Hantée à sa façon par un homme qui sombre dans la folie lorsque ses perspectives d’avenir s’amenuisent. Les lumières qui font office de messages codés…

Dernière chose, le cas de Ki-taek Kim qui craque complètement à la fin de l’histoire et tue son patron (Dong-ik Park) dans la folie et l’incompréhension la plus totale. En effet, l’humiliation qu’il a subie en présence de ses enfants a été un élément déclencheur irrémédiable. Un homme sali dans son estime, dans son honneur et dans son égo ! Terrible.

 

Conclusion :

parasite-3

Si vous n’avez pas vu « Parasite », alors foncez le voir immédiatement ! Ce n’est pas le long-métrage de la décennie, mais il marquera son temps à sa manière. N’ayez pas d’a priori sur l’origine du film. La Corée du Sud, et surtout Bong Joon-ho, savent rendre leurs projets universels.

Un immanquable !

Rédacteur : Florent V.


10 commentaires »

  1. Oui, c’est un excellent film même si la fin est déroutante. On est sous le choc tout comme les gens présent lors du chaos…mais dans l’ensemble, c’est une claque visuelle et scénaristique.

  2. Salut,

    Je crois que je dois être la seule, mais tant pis, je prends le risque de le dire.

    Ce film était génial, jusqu’à ce qu’arrive les 30 dernières minutes fatidiques. J’ai trouvé en ce film les mêmes qualités que vous lui avez trouvé, sauf que la fin était selon moi, un peu tiré par les cheveux. Ça partait dans tout les sens et vu comment le film s’est déroulé c’est normal, mais à mon goût c’était un peu fouillis.

    Néanmoins, j’ai apprécié la morale de ce film et c’est vrai, les acteurs était géniaux.

    • Merci pour votre retour ! Chacun possède son propre avis sur le film, et chaque avis est respectable🙂 C’est vrai que cela part vraiment en cacahuète sur le final. Après, c’est au ressenti de chacun ^^ Merci encore 👍

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.