the-gentlemen-poster

« The Gentlemen » est un film d’action (policier/gangster) de Guy Ritchie sorti le 5 février 2020 en France.

Un baron de la drogue désire vendre son affaire à un riche investisseur britannique. Sauf que le fructueux deal ne va pas se passer comme prévu.

Il met en scène l’Oscarisé Matthew McConaughey (Interstellar, Dallas Buyers Club), accompagné par Charlie Hunnam (Sons of Anarchy, Triple Frontière), Colin Farrell (Minority Report, Dumbo) ou encore Hugh Grant (Quatre mariages et un enterrement, Le Journal de Bridget Jones).

La durée du film est de 1h53.

 

Synopsis :

En Grande-Bretagne, le « roi » de la Marijuana c’est Mickael (dit Mickey) Pearson. L’homme, d’origine modeste, n’est parti de rien avant de bâtir ce business florissant. Les mains tachées de sang, et après de nombreuses années au sommet de la hiérarchie, Mickey décide qu’il est enfin temps de vendre son affaire à Mathew (Jeremy Strong), un richissime investisseur.

Alors que tout semblait se diriger vers une vente facile et fructueuse, plusieurs éléments anodins vont mettre à mal le deal et générer une guerre de clans qu’aucun ne saurait arrêter. Et s’il y a bien une personne qui peut profiter de cette période électrique, c’est bien Fletcher : un détective privé aux mains de la presse nationale…

 

 

Avis :

Après le surprenant « Aladdin », Guy Ritchie se délivre des chaînes de Disney et retourne à ce qu’il sait faire de mieux avec ce nouveau film.

« The Gentlemen » est un long-métrage qui se rapproche davantage d’un « Snatch » que d’un « Sherlock Holmes » ou même que son « Roi Arthur : La Légende d’Excalibur ». Guy Ritchie nous emmène dans une histoire alambiquée où l’on se demande à quel endroit se trouve la frontière entre le réel et l’imaginaire. Étant donné que le narrateur du récit est l’un des personnages du film, on se met à douter de ses dires au fur et à mesure que le scénario se déroule. Surtout qu’on le prend à déformer, avec beaucoup d’humour, certains points du récit de façon volontaire.

Attendez-vous à une dernière heure démente, telle une partie d’échecs stressante où chaque « joueur » semble avoir établi son plan d’attaque avec plusieurs coups d’avance. Les références sont multiples, notamment concernant certains des anciens films du réalisateur (« Snatch », « Arnaques, Crimes et Botanique »…), ou même un célèbre et « malaisant » épisode de « Black Mirror ».

 

the-gentlemen-2

 

La réalisation est très soignée. Ritchie impose sa marque de fabrique en mettant de nouveau l’accent sur certains détails : la nourriture, des parties de corps, du sang… allant même jusqu’à graver son propre nom sur une tireuse à bière. La dynamique du film est gérée par le rythme du scénario. Très lente au départ, puis de plus en plus rapide grâce à l’enchaînement des événements. Agrémentée par une bande originale vivante et électrique. Si l’on peut regretter une patte moins « remarquable » sur les différentes scènes d’actions, celle-ci a été accentuée sur l’humour (très bien dosé) ainsi que la gestion cinématographique de l’œuvre.

Concernant le casting, il s’avère être très classieux. Matthew McConaughey est comme un poisson dans l’eau dans le rôle d’un baron de la drogue qui espère prendre une retraite bien méritée au côté de sa fabuleuse épouse (Michelle Dockery). Un Charlie Hunnam qui ne cesse d’étonner avec une aura et un charisme qui crève l’écran. Et sans compter sur Colin Farrell et Hugh Grant qui excellent dans des rôles bien loin de leurs standards. La direction des acteurs est géniale et donne encore plus de crédit à l’ambition du long-métrage.

Vraiment, les seuls points négatifs restent une entrée en matière assez longue et une confusion sur le réel et l’imaginaire qui pousse le spectateur à rester bien concentré du début à la fin. Et même si l’affiche du film peut créer à confusion, « The Gentlemen » n’a rien à voir avec la série des « Kingsman ».

 

Conclusion :

the-gentlemen-1

 

Globalement, c’est un bon film. La mise en route est assez longue, mais l’histoire est étonnante et brillamment mise en scène.

Je vous le conseille vivement même s’il va avoir du mal à s’imposer sur nos terres françaises.

Rédacteur : Florent V.


8 commentaires »

  1. Plus intéressant, vif et compréhensible que Rock N’Rolla par exemple, je regrette juste ce systématisme du montage proche de l’épileptique qui peut nous perdre parfois.

  2. Merci pour cet article fort intéressant. C’est vrai que Guy Ritchie à un style bien particulier. Je pense que j’irai voir le film, en plus le casting est vraiment top.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.