intouchables-poster

« Intouchables » est un film français réalisé par Olivier Nakache et Éric Toledano, sorti en 2011.

Il met en scène Driss, un homme originaire des banlieues parisiennes, qui devient l’auxiliaire de vie de Philippe, riche tétraplégique au sens de l’humour inclassable.

Omar Sy explose aux yeux du grand public dans la peau du personnage principal de cette histoire. Il est merveilleusement bien accompagné par François Cluzet. À noter les présences d’Audrey Fleurot, Anne Le Ny ou encore l’étoile montante, Thomas Solivérès.

Le film a été présélectionné pour les Oscars 2013 (Meilleur film en langue étrangère). Omar Sy a décroché le César du meilleur acteur en 2012.

 

 

« Intouchables » est mon film Français préféré. Et de loin ! (Une petite pensée pour « Le Dîner de cons » qui le suit)

Ce long-métrage possède tous les éléments afin de devenir un monument du cinéma francophone. À commencer par une histoire magnifique et touchante, une bande originale sublime, des acteurs magistraux, une mise en scène juste et certains plans à couper le souffle.

C’est l’un des seuls films sur lequel le temps n’a pas d’emprise. Il pourrait durer des heures que je ne m’en lasserais toujours pas.

Drôle et émouvant. Critique et autocritique. Une pure merveille.

 

intouchables-5.jpg

 

Synopsis :

Driss revient après six mois d’absence à la demeure familiale. Afin de pouvoir toucher les Assedic, il est contraint de prouver sa présence à chaque entretien d’embauche qui lui est imposé. C’est à l’un d’entre eux qu’il rencontre Philippe, un riche aristocrate tétraplégique, qui a besoin d’un aide à domicile à plein temps.

Le mettant à l’essai, Philippe se lie rapidement d’amitié avec Driss : son parfait opposé. Celui qui vient de la banlieue lui redonne ainsi le sourire qu’il a perdu depuis la perte de son épouse, quelques années plus tôt, et un nouveau sens à sa vie. Ses habitudes sont totalement bouleversées, confronté à un véritable un choc des cultures. Les deux modes de vie se mélangent et bénéficient d’un enrichissement mutuel.

Malgré tout, les deux parties possèdent leurs soucis et leurs faiblesses. Pourront-ils aller encore plus loin pour le bien-être de l’autre ?

 

intouchables-1


Cette histoire est inspirée de faits réels.  Quel coup de maître que de mêler aussi parfaitement les émotions que ce film !

Cela commence par une introduction assez nerveuse, sombre, presque poétique, mais qui comporte son lot de joie et de bonne humeur. Le ton est donné. La mise en scène est ultra dynamique malgré le peu d’action présent lors de ces « presque » deux heures de visionnage.

Les vannes fusent et font mouche grâce à une écriture démentielle. Elles sont extrêmement bien placées et tellement odieuses (sans jamais être lourdes ni même affligeantes).
Je prends pour exemple le moment ou Driss vient récupérer son courrier et que Philippe lui demande ce que cela fait d’être un assisté (pour les Assedic) et qu’il lui répond, sans la moindre mesure, « Et vous?« 
Le plus surprenant et sympathique reste de constater l’autodérision du protagoniste en fauteuil. 

 

intouchables-2

 

Philippe est une personne touchée mentalement par sa condition physique. Paralysé de la base du cou aux orteils, sa vie ne tient que par l’assistance d’autrui. Aigri par sa situation, il retrouve finalement le sourire grâce à Driss qui, maladroitement, impose son charme et son humour dans la grande demeure parisienne. Il lui accorde une confiance absolue et une forte amitié se dessine entre les deux adultes.

Le tout est magnifiquement orchestré par de somptueux morceaux de musique, mêlant mélodie gracieuse au piano et titres beaucoup plus contemporains. Là encore, aucune faute de goût. Bravo à Ludovico Einaudi !

Sans compter sur les prestations de haut vol d’Omar Sy et de François Cluzet. Et dire que « The Artist » a eu un Oscar… Les deux hommes nous dévoilent ici une complicité hors du commun où les expressions ont autant d’importance que les répliques.

 

intouchables-4

 

Ce film est léger et nous enseigne une grande leçon de vie. Il donne le sourire. On se sent bien pendant l’intégralité du long métrage. Une véritable cure de jouvence.

Finalement, « Intouchables » nous touche en plein coeur. Et si vous ne l’avez pas vu, rectifiez rapidement cette erreur !

Rédacteur : Florent V.


3 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.