aladdin-2019-poster-2

« Aladdin » est un film live-action réalisé par Guy Ritchie (Snatch, Sherlock Holmes) et sortit en 2019.

Il met en scène Aladdin, un jeune voleur qui se sert de l’aide d’un génie afin de séduire la princesse d’Agrabah : Jasmine.

Mena Massoud interprète le personnage principal. Il est secondé par Will Smith dans la peau du génie, de Naomi Scott en Jasmine et de Marwan Kenzari dans le difficile rôle de Jafar.

Il est le remake du dessin animé du même nom de 1992.

 

 

Synopsis (extrait de la critique du long-métrage animé) : 

 

Jasmine, princesse d’Agrabah, doit expressément trouver un époux avant son prochain anniversaire qui a lieu dans trois jours. La loi imposée par son père est formelle : le futur mari devra impérativement être un prince.

En parallèle, Jafar, le vizir du sultan donne corps et âme afin de s’emparer d’une mystérieuse lampe magique enfouie dans « la caverne aux merveilles » située au beau milieu du désert. Malheureusement, seul un être est digne d’y pénétrer : AladdinCe dernier est un jeune orphelin qui, avec l’aide de son singe « Abu », se joue quotidiennement des gardes et des commerçants afin de voler de la nourriture pour survivre. 

Le jeune homme tombe sous le charme de la princesse quand celle-ci décide par dépit de s’enfuir du palais. 

Alors qu’une histoire d’amour semble naître entre les deux jeunes gens (malgré leur différence sociale), Jafar donne ordre d’arrêter Aladdin afin de secrètement l’utiliser pour lui ramener l’objet qu’il désire depuis si longtemps. Sauf qu’évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu…

 

aladdin-2019-3

 

Scénario (spoiler) :

Ici, je vais parler des différences entre ce long-métrage et l’animé. Comme tout bon « Disney » qui se respecte, le début est assez niais (si je puis dire ainsi). Il y a tout de même quelques changements à noter.

Tout d’abord, le narrateur de l’histoire est le personnage de Will Smith. Ce qui est assez incohérent, car tout le monde sait qu’il est « le génie » de la lampe… donc, on en déduit assez facilement quel sort lui sera réservé à la fin de l’histoire.

Seconde chose, Jasmine apparaît pour la première fois dans les rues d’Agrabah sans véritable raison apparente, en omettant totalement son désaccord avec son père sur son futur mariage et son anniversaire. Parce qu’à la base, tout l’intérêt de l’histoire se situe ici. L’urgence pour elle est de trouver un époux, ce qui déclenche sa « fugue » et l’amène à croiser la route d’Aladdin.

Autre chose, c’est Iago, le perroquet, qui donne l’information à Jafar qu’Aladdin est l’homme parfait pour entrer dans la caverne aux merveilles. Là encore, c’est assez « facile » et bizarre (surtout que l’idée originale était géniale).

Sinon, globalement, cela reste assez respectueux et les ajouts sont cohérents dans le récit. Les quelques chansons créées pour l’occasion se fondent assez bien dans l’univers retranscrit par Guy Ritchie. On peut tout de même pointer la volonté de Disney de rendre le personnage de Jasmine légèrement (je pèse mes mots) féministe, mais cela reste dans l’air du temps et aurait plus tendance à gonfler qu’à énerver. 

Bref, c’est fidèle !

 

aladdin-2019-1

 

Réalisation :

On ne retrouve pas du tout la patte de Guy Ritchie dans ce « Aladdin » (Même remarque que pour Tim Burton sur « Dumbo »). Franchement, je n’aurais pas du tout reconnu le réalisateur en question si son nom n’avait pas été crédité au générique.

Néanmoins, cela reste propre, lisse, coloré et joyeux. Trop ? Peut-être oui. C’est artificiel et je n’ai pas ressenti d’émotions particulières lors de ces deux heures de visionnage. J’ai tout de même ri, notamment lors de la chanson « Prince Ali », et lors de quelques autres gags, mais c’est à peu près tout.

J’ai été perturbé par quelques effets spéciaux ratés au début du film. Par exemple, lors de la course poursuite où Aladdin et sa bien-aimée traversent les rues de la ville. L’image (et l’action) se met au ralenti, puis accélère exagérément par moment (comme si on était sur du 1,5X en vitesse de visionnage). C’est tout simplement laid. Heureusement, cela reste très peu fréquent. Globalement, le début du film est catastrophique ! 

Les CGI sur Will Smith ne sont pas très bien réalisés, mais cela reste potable. Pas dérangeant. 

Par contre, les décors sont somptueux. L’univers est vraiment crédible et plonge le spectateur au cœur d’Agrabah. Les chorégraphies et reproductions de séquences cultes (les chansons notamment) sont géniales. C’est vraiment bien.

Bref, vous l’avez compris, il y a du bon et du moins bon.

 

aladdin-2019-

 

Casting :

Les tops performances sont pour Will Smith et Naomi Scott. Cette dernière est sublime et fait une Jasmine parfaite. Je n’ai pas écouté les chansons en version originale, mais elle danse et joue très bien. Elle rend les émotions de son personnage plus vrai que nature. Le génie campé par Will Smith est très bon. On ressent un réel plaisir de l’acteur de jouer ce personnage et cela porte ses fruits à l’écran. Son apparence est moyenne, mais sa performance est excellente.

Mena Massoud nous dévoile un don de danse ahurissant. Son jeu d’acteur n’est pas parfait et la réécriture d’Aladdin n’est pas forcément toujours flatteuse, mais il s’en sort globalement bien.

Par contre, énorme erreur de casting sur Jafar. L’acteur n’y est pour rien, mais c’est catastrophique. Il n’a aucun charisme, que ce soit dans son physique, sa voix ou même son jeu. Méchant, mais pas crédible, oubliable… Vraiment dommage !

 

 

aladdin-2019-4

 

Points forts : 

  • Les décors, costumes, maquillages et lumières
  • Le génie 
  • Les chorégraphies des chansons
  • La nostalgie respectée

Points faibles : 

  • JAFAR
  • La réalisation parfois bancale
  • Quelques scènes ratées (quand Aladdin se présente en tant que Prince Ali à Jasmine…)
  • Peu d’émotions.

 

Globalement, c’est un bon divertissement. Il est drôle et rend un gentil hommage au produit de base.

Maintenant, était-il nécessaire ? Comme pour les autres : pas certain ! Mais au moins, il a le mérite de faire découvrir cette histoire à un public juvénile et à apporter de la nostalgie aux plus vieux.

Cela reste assez coloré, dynamique et rythmé. Un bon moment en famille.

Rédacteur : Florent V.


2 commentaires »

  1. Guy Ritchie.. j’avais zappé que c’était lui qui avait réalisé le film. Si on met de côté l’aspect financier ^^ je ne comprends pas l’intérêt artistique pour Disney de faire de pâle copie en film d’excellents dessins animés qui se suffisaient à eux-mêmes 😉 excellente soirée à toi 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.