batman-et-mr-freeze-subzero-poster

« Batman et Mister Freeze : Subzero » est un long-métrage animé réalisé par Boyd Kirkland en 1998.

Mister Freeze tente de sauver sa femme, Nora, d’une mort prématurée. Pour ce faire, il a besoin d’un organe qu’il souhaite prélever sur le corps de Barbara Gordon, alias Batgirl, afin de procéder à une greffe.

Le casting de doublage français est composé des voix officielles de la série animée de 1992, avec notamment Richard Darbois (Batman/Bruce Wayne), Jacques Ciron (Alfred Pennyworth) ou encore Jean-Claude Sachot (Commissaire James Gordon).

Le film est proposé sous un format 4/3 avec des graphismes proches de l’animé célèbre des années 90.

 

batman-et-mr-freeze-subzero-2

 

Synopsis :

Dévasté par la terrible maladie qui touche son épouse, Victor Fries (déjà connu sous l’identité de Mr Freeze) débarque à Gotham City afin de solliciter l’un de ses anciens associés, le docteur Gregory Belson, dans le but de sauver la vie de Nora.

En proie à une grosse dette personnelle, l’homme accepte de l’aider et lui indique qu’une transplantation est essentielle à la survie de la jeune femme.

Seul problème, celle-ci possède un groupe sanguin très peu commun et seuls quelques élus peuvent être compatibles. Parmi ceux-ci se trouve Barbara Gordon, la fille du commissaire et petite amie de Dick Grayson (Robin). Alors que la jeune « équipière » de Batman est enlevée et séquestrée dans l’attente d’une opération mortelle, le justicier masqué ainsi que son acolyte se mettent à sa recherche afin d’éviter l’inévitable…

 

batman-et-mr-freeze-subzero-1

 

Franchement, j’ai adoré !

Même si je connais assez bien le personnage de Mister Freeze, j’ai été porté par le scénario et touché par les enjeux ainsi que les émotions procurées à travers ce métrage.

Ce film ne nous raconte pas les origines du méchant de glace. Ici, il est déjà bien connu des justiciers masqués et de la police.

Son unique quête est, encore et toujours, de sauver sa femme de la mort. Celle-ci est inconsciente et semble dans un état critique. Le long-métrage commence dans une zone désertique et froide du globe. L’homme, accompagné d’un jeune orphelin inuit, subit les dégâts d’un sous-marin de guerre alors qu’il tentait de trouver un remède pour son épouse. Agacé, il se rend à Gotham City et demande l’aide d’un homme talentueux, mais criblé de dettes, pour arriver à ses fins.

 

batman-et-mr-freeze-subzero-3

 

Ce qui est intéressant avec les « méchants » de l’univers de Batman, c’est qu’ils sont tous assez bien développés.

Ici, on peut déjà constater le côté humain de l’homme de glace. Dès le départ, Il prend soin d’un enfant orphelin et on comprend aisément qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir afin de sauver son épouse. Quitte à tuer des innocents. 

La psychologie du personnage est puissante. L’homme a été humilié par le passé, moqué et mal traité. Il en parle même à Barbara lorsque celle-ci lui reproche ses manières agressives et extrêmes. D’ailleurs, elle lui en fera voir de toute les couleurs. Bien entraînée par Batman, la jeune femme n’est pas facile à immobiliser ni à convaincre. Elle souhaite aider Nora, mais pas de cette manière.

Freeze est totalement obsédé par sa quête et ses émotions prennent sans cesse le dessus sur la raison. Rien ne l’empêchera d’atteindre son but. C’est assez touchant, et la fin l’est d’autant plus.

En à peine une heure et dix minutes, le long-métrage nous plonge dans une histoire dure et complexe qui donne un sens symbolique au personnage de Batman. Le justicier masqué qui ne tue pas, qui sait faire la différence entre le bien et le mal et, surtout, qui comprend les motivations de ses ennemis (sans les juger). Ici, Freeze n’est pas fondamentalement mauvais. Aucun ennemi ne l’est dans cet univers. Mis à part peut-être le Joker qui possède une relation particulière et « intime » avec Batman.

 

batman-et-mr-freeze-subzero-4

 

Bref, je vous conseille cet animé. Les dessins ne sont pas extraordinaires, mais l’histoire est prenante et géniale. Les enjeux sont subtilement dosés et la fin arrache une petite larme.

On montera en émotion et en qualité sur d’autres titres (notamment « The Killing Joke » ou encore « Batman contre le Fantôme Masqué »).

Rédacteur : Florent V.


2 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.