la-casa-de-papel-part-3-critique-poster

« La Casa de Papel » est une série réalisée par Alex Pina. La troisième partie a été mise en ligne sur Netflix le 19 juillet 2019.

Rio a été enlevé par les autorités. Le Professeur rassemble la bande et organise un casse bien plus impressionnant que le précédent. La guerre est déclenchée.

On retrouve Úrsula Corberó dans le rôle de Tokyo, Álvaro Morte (Le Professeur), Jaime Lorente (Denver) ou encore Alba Flores (Nairobi).

Que dire ? Si ce n’est que cette troisième partie me semble être la meilleure depuis le commencement de la série espagnole !

 

Mes avis sur les deux parties précédentes :

Ne ratez pas : La Casa de Papel (Part 1)

Ne ratez pas : La Casa de Papel (Part 2)

 

la-casa-de-papel-part-3-critique-4

 

Nous allons commencer par un synopsis détaillé (sans spoiler) :

Rio a été épinglé par la police. Tokyo se rapproche donc du « Professeur » afin de sauver son amant. Finalement, la troupe est reconstituée. Moscou, Oslo et Berlin sont morts et remplacés par Marseille, Bogota et Palerme. On y ajoute les deux femmes décisives du premier braquage : Lisbonne (L’inspectrice Rachel Murillo) et Stockholm (Monica Gaztambide).

L’objectif est de s’en prendre à l’état Ibérique. Et, il n’y a rien de mieux pour cela que la Banque d’Espagne. Celle-ci contient une réserve d’or incommensurable ainsi que d’autres secrets bien gardés.

Comme pour la Fabrique de billets, les braqueurs se rassemblent, des semaines durant, afin de mettre au point un plan imparable. Toute embûche est anticipée et ce n’est pas le nouveau chef de la police qui va mettre à mal l’opération. Beaucoup plus spectaculaire, ce casse va mettre en alerte chaque dirigeant Européen. La guerre ne fait que commencer.

 

la-casa-de-papel-part-3-critique-2

 

Mon avis :

Génial ! Cette partie est une pure merveille.

Je vais commencer par les aspects négatifs : Si, globalement, les péripéties sont assez surprenantes, certaines échouent cependant là où ce n’était pas forcément le cas dans les épisodes précédents. La faute au jeu de la surenchère. Faire de plus en plus gros afin de rendre le récit encore plus spectaculaire. Mais à force de nous apprendre les règles de ce petit jeu, certaines scènes ne provoquent plus l’effet escompté. Il m’est arrivé à quelques reprises de deviner les ressorts de certains éléments du scénario.

Seconde chose, la mise en scène semble être moins ambitieuse, ou même moins atypique que par le passé. Ce n’est pas quelque chose de dérangeant, mais je l’ai remarqué. Est-ce lié au fait que Netflix intervient dans la production des épisodes ? Mystère.

Certains personnages ne sont pas assez exploités à mon goût (pour le moment) et mériteraient un approfondissement (Notamment « Marseille »).

 

la-casa-de-papel-part-3-critique-1

 

Sinon, rien d’autre à dire !

C’est quasiment parfait. Les musiques sont toujours aussi théâtrales et font corps avec un rythme de plus en plus épileptique (dans le bon sens du terme). J’ai été épaté par la tension instaurée par Alex Pina lors de certains épisodes et l’intelligence d’écriture qui devient une marque de fabrique incontournable de « La Casa de Papel ». C’est un réel plaisir de revoir Berlin, d’apercevoir Moscou et Oslo, de suivre Denver évoluer et devenir responsable. Nairobi semble clairement être l’une des têtes d’affiche de cette partie et dévoile des secrets jusqu’alors indécelables.

Il y a un réel sentiment de victoire qui prône lorsqu’ils atteignent leurs divers objectifs et, à l’inverse, un véritable sentiment de défaite quand ils se font mettre en échec par l’impitoyable nouvelle négociatrice. Celle-ci est une véritable peste et ne fait clairement pas dans la dentelle. 

 

la-casa-de-papel-part-3-critique-3

 

Pour ceux qui craignaient une redite des deux premières saisons, rassurez-vous ! Ce n’est clairement pas le cas. 

Le final est tout aussi éblouissant que le début. Il n’y a pas vraiment de temps faible. On reste sur un cliffhanger final qui nous frustre et qui nous donne l’eau à la bouche.

Vivement la suite !

Rédacteur : Florent V.


13 commentaires »

  1. Ils ont quand même réussi à caser du Jane Birkin en soundtrack, ça fait plaisir.
    Si t’as aimé La Casa de Papel, je te recommande Vis a Vis (de Alex Pina) qui se passe dans un univers carcéral féminin. C’est bourré de suspense.
    On y retrouve l’actrice qui interprète Nairobi et l’actrice qui joue l’inspectrice Alicia (Najwa Nimri)
    D’ailleurs j’avais fait un petit article et j’ai fait une review vidéo.

  2. J’avoue avoir été déçue.
    J’ai l’impression de voir un peu les mêmes actions que les deux premières parties… Les personnages commettent toujours des erreurs similaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.