captain-america-poster.jpg

« Captain America : First Avenger » est un film de super-héros réalisé par Joe Johnston et sorti en 2011.

Il met en scène Steve Rogers, un jeune Américain maigrelet qui souhaite entrer dans les forces militaires de son pays. Après plusieurs refus, il est admis dans un programme qui va littéralement changer sa vie.

Chris Evans (Les Quatre Fantastiques) interprète le rôle principal. On retrouve également Hayley Atwell (Peggy Carter), Sebastian Stan (Bucky), Tommy Lee Jones (Colonel Phillips) et encore Hugo Weaving dans le rôle de Johann Smith/Crâne Rouge.

C’est le cinquième film du Marvel Cinematic Universe. Il précède le premier « Avengers ».

 

 

1942 – La Seconde Guerre mondiale bat son plein. Du côté nazi, HYDRA (une unité de recherche scientifique secrète) met la main sur une forme d’énergie insoupçonnée qui va lui permettre de prendre une avance technologique considérable sur ses ennemis. Aux États-Unis, l’objectif est de créer une armée de « super soldats ».

Grâce aux travaux du docteur Erskine, Steve Rogers, un jeune patriote gringalet, est choisi grâce à ses qualités morales afin de faire office de cobaye pour une expérience qui va changer le cours de son existence. Suite à l’injection d’un sérum, le jeune homme voit ses appétences physiques considérablement se développer. Il devient alors l’icône des États-Unis, puis de toute une armée. Mais il doit faire face à une menace sans commune mesure ! Schmitt (le chef d’HYDRA) est, entre-temps, devenu un adversaire de taille.

 

captain-america-2

 

Une bonne « Origin Story » ! Un peu rapide à mon goût. Les deux heures de film sont assez peu pour traiter l’intégralité des sujets correctement sans les survoler.

Steve Rogers est un homme méritant, courageux et tenace. Mais son frêle corps l’empêche de devenir un candidat certain à la protection de son pays. Tandis que son meilleur ami est affecté dans un régiment d’infanterie, Steve décide de postuler pour une énième campagne de recrutement.

Cette fois-ci, l’objectif est de créer un super soldat. Les effets de ce traitement sont à double tranchant. Si le physique de l’homme se voit être amélioré, cela accroît aussi la part d’ombre du sujet. C’est bien pour cela que le jeune homme de Brooklyn a été choisi. Lui, ayant un cœur d’or et une bonté à toute épreuve. Rejeté, puis moqué et enfin adulé, telle est l’histoire de Steve Rogers.

D’un point de vue scénaristique, le contexte se situe donc lors de la Seconde Guerre mondiale. Johann Schmidt est le chef de l’HYDRA, l’unité qui s’occupe des recherches scientifiques pour l’Allemagne Nazi. Après avoir récupéré le Tesseract, l’homme dévoile son vrai visage après avoir subi, quelques années plus tôt, une première expérience ratée du docteur Erskine (celui qui a changé l’apparence de Rogers). « Crâne rouge » souhaite désormais donner son indépendance à l’HYDRA et projette d’utiliser ses nouvelles armes afin de soumettre le monde à son pouvoir.

 

captain-america-4

 

Globalement, les péripéties sont prévisibles. Pour autant, cela se regarde plutôt bien. Par contre, je n’ai pas ressenti grand-chose pendant ce long-métrage. Il n’est pas mauvais, mais j’ai été beaucoup plus transporté par l’histoire de Rogers que par le scénario écrit pour ce film.

La mise en scène est plutôt propre. Il y a tout de même quelques effets spéciaux assez moches. Par contre, j’ai été bluffé par le réalisme du personnage de « Steve Rogers » avant l’injection de sérum. Il faut savoir qu’un acteur a alors été casté uniquement pour le corps et la gestuelle (Leander Deeny) tandis que visage de Chris Evans a été greffé artificiellement aux images.

La bande originale est tout ce qu’il y a de plus classique pour un Blockbuster. « Captain America : The First Avenger » fait du bon travail sans pour autant sortir du lot.

 

captain-america-1

 

Pour résumer, « Captain America : First Avenger » n’est pas un mauvais film, ce serait même plutôt l’inverse. L’histoire du « Cap’ » est intéressante, mais le reste beaucoup moins. Rien ne sort réellement de l’ordinaire dans ce long-métrage. Malgré tout, le personnage est beaucoup mieux utilisé lors de ses suites (Le Soldat d’hiver ou encore Civil War).

Une mise en bouche fade avant un merveilleux feu d’artifice cinématographique ?

Rédacteur : Florent V.


3 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.