1f1125e8-d939-4305-82fb-42807ca97aa7

« X-Men : Dark Phœnix » est un film de super-héros réalisé par Simon Kinberg et sorti le 5 juin 2019.

Après avoir vaincu Apocalypse dans l’épisode précédent, les X-Men sont de nouveau rassemblés afin de faire face à une nouvelle menace. Jean Grey n’arrive plus à contenir un surplus de puissance et devient un danger incontrôlable.

Un casting génial avec Sophie Turner (Game of Thrones) dans le rôle principal (Jean Grey). On retrouve James McAvoy (Split, Glass) en Charles Xavier, Jennifer Lawrence (Hunger Games, Passengers) dans la peau de Mystique ou encore Michael Fassbender (Inglourious Basterds, Steve Jobs) en Magneto.

Dans la peau de la grande méchante, Jessica Chastain (Interstellar, Le Grand Jeu).

 

 

Les X-Men sont des héros nationaux depuis qu’ils ont effacé la menace « Apocalypse ». Le Professeur Xavier est devenu un intermédiaire décisif entre les humains et les mutants tandis que Raven (Mystique) est devenue la leader de l’équipe d’intervention des X-Men.

Alors que ces derniers se retrouvent au cœur d’une mission ultra périlleuse dans l’espace, Jean Grey est frappée de plein fouet par un nuage de force cosmique. Presque tuée par l’impact, la jeune femme s’en sort miraculeusement et voit ses pouvoirs s’intensifier de façon exponentielle jusqu’à ne plus pouvoir les contrôler.

Jean quitte alors précipitamment l’école de Xavier. En quête de vérité sur son passé, elle perd confiance en elle et commet des actes irréparables, notamment auprès des personnes qu’elle aime. Comment vont réagir les autres mutants ? Va t-elle réussir à surmonter ses faiblesses ? Quelle est cette mystérieuse espèce qui tente de la manipuler ?

 

x-men-dark-phoenix-4

 

« X-Men : Dark Phœnix » est un bon film. Doté d’une réalisation et d’une mise en scène de très bonne facture, il pêche malheureusement par son manque de rythme et son scénario sans saveur.

Le long-métrage débute sur un événement important de la jeunesse de Jean. La séquence est extrêmement bien filmée et met en scène ce qui deviendra une blessure irréparable dans l’esprit de la jeune femme. Les quelques plans au ralenti sont magnifiques et plongent le spectateur dans une vérité qui est amené à éclater dans la suite du récit. On découvre également un professeur Xavier rassurant et paternel envers sa nouvelle « adhérente ».

Ensuite, le long-métrage s’ouvre sur une mission de survie dans l’espace. Avec des tenues sensiblement identiques au premier opus, les X-Men sont déployés afin de sauver les occupants d’une navette spatiale en plein effroi au cœur du vide intersidéral. Une masse d’énergie se rapproche de l’engin et menace de tuer tous ses occupants. Tandis que Tornade, Diablo et QuickSilver s’attèlent à sauver l’équipage, Charles Xavier décide d’envoyer Jean sur place afin de sauver le dernier occupant. Un acte malheureux, car la jeune femme se retrouve piégée par l’amas d’énergie qu’elle absorbe instantanément. Alors que ses amis la pensait morte, Diablo la ramène à bord du vaisseau où elle reprend finalement connaissance.

Une nouvelle séquence de haute volée. La photographie est sublime, accompagnée d’un morceau puissant de Hans Zimmer. C’est excellent.

 

x-men-dark-phoenix-3

 

Malgré tout, le long-métrage baisse en intensité par la suite pour se focaliser sur l’arrivée des ennemis extraterrestres et sur la perte de contrôle psychique de Jean. La psychologie des personnages est vraiment mise en avant et peut même paraître vraiment longue à explorer.

On en profite ainsi pour découvrir un professeur Xavier qui commence à être sérieusement remis en doute par ses proches, notamment son amie d’enfance : Raven. L’homme en fauteuil roulant prend des décisions de plus en plus risquées et celles-ci vont notamment mener à une tragédie.

Désespérée par son état, Jean décide de chercher de l’aide auprès de Magneto, “retraité” sur une île déserte, mais s’aperçoit qu’elle n’est même plus capable d’être fiable, surtout après avoir fait du mal à ses proches et avoir eu la révélation d’un élément important de son passé enfoui depuis tant d’années par Xavier. La suite est intéressante à suivre avec parfois une belle dose d’émotions.

 

x-men-dark-phoenix-1

 

S’il y a bien quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce film, ce sont les “ennemis”. Ceux-ci apparaissent peu après que Jean soit revenue sur Terre, dotée d’une nouvelle puissance incommensurable.

De forme humanoïde, les extraterrestres vont prendre l’apparence d’humains (ici, le personnage de Jessica Chastain) afin d’extirper la source d’énergie de la jeune mutante. Ils sont assez transparents et surtout très mal écrits. On sent clairement que le réalisateur ne savait pas réellement quoi faire avec ces protagonistes. Eux qui n’ont pour simple rôle d’apporter un soupçon de danger entre Jean et les X-Men. C‘est très caricatural, et clairement le gros point faible du long-métrage.

D’autres événements ne sont pas, ou peu, maîtrisés et crédibles. C’est dommage, surtout dans ce genre d’univers fantastique.

Sinon, retenons que Sophie Turner est excellente dans la peau de Jean Grey. Elle possède une classe naturelle qu’elle retransmet à merveille à son personnage. Retenons également la mise en scène qui est globalement bonne, dotée de très bons effets spéciaux et accompagnée d’une bande originale magnifique (en même temps, ils ont choisi un grand compositeur). Autres points positifs : un prologue et une entrée fracassante ainsi qu’une fin émouvante. Un univers qui reste cohérent avec les trois films précédents. Et pour terminer, un bel hommage à chaque personnage et leurs pouvoirs.

 

x-men-dark-phoenix-5

 

Mon avis :

« X-Men : Dark Phœnix » est un bon film et surtout un bon divertissement. Je ne suis pas d’accord avec la majorité des critiques qui le cite comme étant le pire film X-Men créé à ce jour. Il possède des défauts, il ne faut pas se le cacher, mais également de grandes qualités.

Je vous invite donc à aller le voir. Je le trouve sincère et honnête.


18 commentaires »

  1. Ton retour est intéressant !
    Je partage ton avis, pour moi ça reste un bon X-Men clairement porté par Sophie Turner. Il a quelques faiblesses et facilités scénaristiques mais c’est assez courant et ça reste un film très agréable.
    Quant aux ennemis, j’en ai discuté avec mon Chat Adulte après la séance et il partage ton avis. De mon côté, je pense que le titre est éloquent : Dark Phoenix, la méchante c’est Jean un peu à l’instar d’Elsa dans La Reine des Neiges (oui, bon, la référence). Et les D’Bari sont, tout comme Hans, de vrais méchants mais ce n’est pas eux qui nous importent le plus. C’est à Jean qu’on s’intéresse, à son évolution, à la manière dont elle va sombrer, comment elle va s’en sortir.
    Mais j’ai un point de vue basé exclusivement sur le film car je n’ai jamais lu les comics.

  2. Manque de rythme et scénario sans saveur, tu nous vends du rêve pour un film qui a l’ambition de s’attaquer à la saga du Phoenix Noir, un des pics des récits autour des X-men signé Chris Claremont et John Byrne.
    Remarque, on peut difficilement faire pire que X-men 3 de Brett Ratner.

  3. Ouais j’ai du mal à comprendre les critiques qui démontent le film. Il est loin d’être parfait et il a énormément de défauts. Mais comme je disais dans mon article, on sent Simon Kinberg tellement honnête et surtout pas emballé à l’idée que la saga qu’il a « encadré » sur plusieurs épisodes tombe chez Disney qu’on en vient à lui pardonner.

    • Les gens comparent ce film avec Endgame. Forcément, la comparaison est difficile. Moi j’essaye de ne pas être critique quand je vais voir un film. Je veux l’apprécier ^^

      • Aucun rapport mais j’ai découvert un véritable bijoux avec Gerar Butler. Le film s’appelle the vanishing (keepers). Si tu as l’occasion de le voir, je serais curieux d’avoir ton retour (il es sorti en direct to dvd, vod)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.