d4489104-d804-4a5c-a99b-8d07c2588f27

Sois attentif, une surprise t’attends tout en bas de l’article !

« Last Action Hero » est un film d’action et une comédie réalisé par John McTiernan (Predator, Piège de Cristal) en 1993.

Il raconte l’histoire de Danny Madigan, un adolescent féru de cinéma, qui se retrouve propulsé dans son film préféré grâce un ticket magique.

Arnold Schwarzenegger (Conan, Predator, Terminator) incarne Jack Slater. Il donne la réplique à Austin O’Brien (My Girl 2, Apollo 13) qui se fond dans la peau du jeune Danny Madigan. Charles Dance (Imitation Game, Game of Thrones) joue le méchant de l’histoire : Benedict.

Le long-métrage fut un échec commercial notamment à cause de sa date de sortie, seulement une semaine après le « Jurassic Park » de Steven SpielbergIl possède aujourd’hui le statut de film culte grâce à son autodérision et à ses nombreuses références.

 

Bande-annonce en VO :

 

Plus concrètement (sans spoiler) :

Le film commence avec une prise d’otage lors du soir de Noël. Sur le toit d’un bâtiment, un homme se faisant appeler L’Éventreur menace de tuer un groupe d’enfants. Parmi eux, se trouve Andy, le fils de l’officier de police Jack Slater.

Ce dernier vient se confronter à son ennemi et alors que l’action bat son plein, on retourne dans la réalitéDanny Madigan regarde sur grand écran les aventures de son héros préféré. Alors qu’il part se plaindre de la mise au point de l’image auprès de Nick, le projectionniste, celui-ci lui indique qu’il l’invite le soir même à regarder le nouvel opus de la saga de Jack Slater lors de la vérification des bobines.

Après quelques péripéties, l’adolescent arrive au cinéma avec un léger retard et s’apprête à vivre une expérience hors du commun. En effet, Nick lui confie un ticket magique. Celui-ci lui aurait été donné par Houdini en personne et aurait pour effet d’interagir avec le film. Alors que la projection commence, Danny s’extasie devant son héros avant de se retrouver littéralement propulsé aux côtés de Jack Slater ! Une dangereuse aventure commence alors, et il ne faudrait pas que le ticket tombe entre de mauvaises mains…

 

Ça donne quoi ?

last-action-hero-1

 

C’est tout simplement génial ! Géant même. Ce film est drôle, bourré d’action et de références en tous genres.

Le concept de “Last Action Hero” est original. Il est à lui tout seul une critique du cinéma de Blockbuster. C’en est presque une parodie.

Les deux personnages principaux vivent dans un monde bien différent. Danny Madigan se trouve dans un New-York très proche de notre réalité, tandis que Jack Slater vit dans un Los Angeles assez particulier et caricatural. Effectivement, c’est un univers créé de toutes pièces pour une saga de longs-métrages au nom du personnage. Là où cela devient intéressant, c’est que Jack Slater n’est pas conscient de cette différence. C’est sa réalité avec ses propres règles et cohérences. Un chat de dessin-animé dans un commissariat ? Rien d’étonnant ! Pourtant, au-delà des apparences, la vie du personnage ne s’arrête pas qu’à des scènes de films. Il possède ses propres problèmes, ses propres limites.

Et ces deux mondes vont se mélanger pour nous donner des scènes cocasses et drôlissimes. Notamment sur l’autodérision d’Arnold Schwarzenegger, se moquant de la prononciation de son propre nom et de sa capacité à répondre bêtement à la presse…

Tout est exagéré dans “Last Action Hero”, en commençant par l’un de ses personnages principaux. Jack Slater est un flic sans règle ni loi, charmeur et impitoyable pour ses adversaires. Son character design est assez marqué avec des bottes en peau de serpent, un cigare à la bouche (d’ailleurs, c’est l’un des pêchés mignon de l’acteur), le tout accompagné d’un jean, d’un tee-shirt rouge et d’une veste en cuir !

Le méchant de l’histoire s’appelle Benedict (interprété donc par Charles Dance). Il est lui aussi atypique. Avec son œil de verre, il est tout d’abord à la solde d’un mafieux : Tony Vivaldi (le numéro « uno »), qu’il ne supporte pas du tout. C’est quelqu’un de très calme, propre sur lui et qui va vous faire mourir de rire quand il pénètre dans le monde de Danny.

Même le chef de police est une caricature de son propre rôle.

 

last-action-hero-5

 

Les scènes d’action sont improbables, des bâtons de dynamite éteints avec les doigts, une bande originale qui se cale précisément sur les séquences… les cascades sont folles (avec une référence à « Terminator 2″… D’ailleurs, il y en a quand même quelques-unes sur ce film tout au long de l’aventure).

Alors oui, il y a choses qui peuvent paraître ridicules. Je pense notamment à la séquence de l’enterrement de Léo The Prout (dois-je réellement en rajouter ?). Mais globalement, tout est tellement loufoque que l’on ne se pose même plus la question de la crédibilité des événements.

La mise en scène est tapageuse. Elle ne fait pas dans la dentelle. Les effets spéciaux sont plutôt propres pour l’époque. Les musiques sont dynamiques et elles aussi, exagérées. Il n’y a qu’à voir comment celle-ci réagit lorsque nos héros se retrouvent en situation délicate. Mais l’intérêt principal du long-métrage se trouve dans la sous-lecture du scénario. Rien n’est à prendre au premier degré dans « Last Action Hero ». Et les références sont tellement nombreuses et bien intégrées au scénario que cela passe tout seul. Une réelle réussite !

 

Mon avis :

last-action-hero-4

 

Je me délecte devant ce film à chaque fois que je le vois. Il a sûrement voulu trop en faire avant même d’être disponible dans les salles de cinéma et il s’est fait manger par un T-Rex !

Mais, si vous aimez le cinéma des années 80-90, je vous conseille fortement de le voir ! Il est disponible sur Netflix.

N’oublie pas ! Une surprise t’attends tout en bas de l’article ! L’aventure commence …

 

(Bonus) Quelques références :

last-action-hero-2

 

  • Terminator 2 : présence du T1000, cascade routière, duo Schwarzenegger/adolescent, Stallone sur l’affiche du film.
  • E.T.
  • Hamlet (« Il y a quelque chose de pourri au Royaume du Danemark »)
  • Amadeus
  • Le Parrain (avec Léo The Prout)
  • L’Arme Fatale
  • Et beaucoup d’autres…

Sans oublier, une mystérieuse référence à une société fictive : ACME (caisse de dynamite, camion de vendeur de glace, un magasin de vidéo, une grue…). Uniquement présent dans l’univers de Jack Slater… Excepté à la fin du film où la marque apparaît subtilement dans le monde de Danny.

 

(Bonus) Quelques répliques cultes :

last-action-hero-6

 

« T’aimes bien les omelettes ? Tiens je te casse les œufs ! »

« Monumentale erreur. »

« Pour qui sonne la glace ! Celui-là je l’ai refroidi ! » (c’est drôle, quand on sait que l’acteur va jouer Mister Freeze quelques années plus tard)

« Danny Madigan : […] D’un instant à l’autre on va se retrouver dans une salle de ciné… euh il faut ptet que je le secoue un peu.
Jack Slater : Mais oui. Ma baguette magique aussi il faut que je la secoue. ».

« Ne suis-je pas le célèbre comique Arnold Albertschweizer ? »

 

Et pour terminer, certainement la scène la plus culte du film :

Majordome : Vous désirez monsieur ?

Jack Slater : Je voudrai parler aux trafiquants de drogue de la maison.

Majordome : Je vous demande pardon ?

Jack Slater : Oui il fait beau, c’est l’été, on a envie de descendre quelques trafiquants de drogue. Est ce qu’il y en a dans cette maison ?

Danny Madigan : Tu peux t’attendre au pire maintenant ! Qu’est ce que tu fais ? Tu t’en vas ?

Jack Slater : Je reviendrai ! Ah ! Tu t’attendais pas à ce que je dise ça hein ?

Danny Madigan : Mais si. Tu dis toujours ça.

Jack Slater : T’es sûr ?

Danny Madigan : C’est une réplique que tous les spectateurs attendent que tu places. C’est ta carte de visite.

Benedict : On me dit que vous faites dans les trafiquants de drogue c’est exact ?

Jack Slater : Oui

Danny Madigan : Jack ! C’est l’homme de main de Vivaldi, celui qui a un faux œil.

Jack Slater : Pardon monsieur, êtes-vous un homme de main ?

Benedict : Non je serai plutôt l’homme de ménage. Vous désirez autre chose ?

Jack Slater : Oui ôtez donc vos lunettes.

Benedict : Qui vous autorise ?

Jack Slater : Cette jolie plaque !

Benedict : Vous êtes à côté de la plaque. On ne peut pas dire que vous cassiez des briques.

Jack Slater : Non je laisse ça à Bruce Lee.

Benedict : Vraiment ! Personne n’est parfait. Dites moi j’espère que vous supportez la vue du sang. Je vous conseille d’être très prudent ils m’obéissent au doigt et à l’œil. Et il me suffirait de claquer encore des doigts pour que demain vous soyez aspiré par une moto-crotte sur le trottoir d’en face. Je ne saurai donc trop vous conseiller ainsi qu’à votre toutou de rentrer à la niche. Vous avez d’autres questions ?

Jack Slater : Oui. Deux très brèves. Primo pourquoi est-ce que je perds mon temps avec un branquignol dans ton genre alors que je pourrai faire des choses beaucoup plus risquées comme ranger mes chaussettes par exemple. Deuxio comment comptes tu claquer des doigts pour tes molosses une fois que je t’aurai bouffé les pouces des deux mains ?

 

Sur ce, je vous laisse avec la nostalgie de ce magnifique film et je vais regarder un nouveau classique !

Ohh… Mais !? Que m’arrive-t-il ???

Rejoins-moi !

 

Rédacteur : Florent V.


6 commentaires »

  1. C’est un très bon film qui n’a pas franchement été bien compris à l’époque. Faudrait que je retrouve des critiques dans les magazines ciné pour me rappeler de ce qui était dit.
    J’aime beaucoup l’aspect très parodique de l’ensemble. Pour bien tout comprendre il faut avoir une culture pop ! J’adore Stallone en Terminator. On retrouve un clin d’oeil similaire à Schwarzy dans « Demolitian man ».

  2. Il est passé il y a quelques mois sur le câble, un grand classique de la pop culture ! Quand j’étais gosse, je trouvais cool que le méchant portait le même nom que moi…. après ça, il y a eu Bénédict Cumberbatch. Merci pour cet article 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.