57585119-2265-4d3c-b9ae-206ac9c4b74d

James est un adolescent de 17 ans perturbé psychologiquement. L’un de ses loisirs est de tuer des animaux. Désormais, il souhaite s’attaquer à une cible beaucoup plus importante : un être humain. Il repère Alyssa, une jeune fille de son âge qui semble aussi barrée et rebelle que lui. La proie facile… Mais James n’avait pas prévu qu’elle l’entraînerait dans un road trip totalement fou qui changera leur mode de vie et leur personnalité à jamais.

Avis : TRÈS BON

Courte série originale de Netflix, The End of the F***ing World possède un format particulier pour le genre (Comédie-Dramatique) qu’il souhaite instaurer. Huit épisodes de 25 minutes pour mettre en place un début, des péripéties et une fin.

Créer une atmosphère et des personnages originaux, aussi touchants que perturbés. Et ça fonctionne à merveille.

Le style est totalement barré tout en étant sérieux. L’humour noir est présent à grosse dose et rythme intensif est superbement bien dosé. Chaque protagoniste possède sa propre personnalité, qui évolue drastiquement avec le temps et qui est nuancée par leurs pensées sous forme de voix off. Je ne pense pas qu’on puisse se reconnaître en eux, mais on prend plaisir à les suivre et à les voir évoluer autant mentalement que physiquement.

La version française est bonne, mais comme souvent, il est préférable de regarder les épisodes en version originale (Anglais).

Concernant la relation entre les deux personnages principaux :

D’un côté, James repère Alyssa dans le seul but de la tuer. Alors qu’elle se rapproche de lui afin d’avoir un compagnon de fugue. Chacun ayant une vie difficile à laquelle ils souhaitent échapper.

James a perdu sa mère enfant et il déteste son père sans aucune raison valable apparente. Alyssa vie avec sa mère qui est remariée à un horrible beau-père qui la maltraite psychologiquement. Son père biologique ayant quitté le domicile depuis au moins une décennie. Deux adolescents qui n’ont rien à perdre et qui sont à la quête de liberté et tout simplement de vie. Jusqu’au moment où un événement tragique leur coupera les ailes.

Les acteurs sont géniaux.

Alex Lawther (James) possède une dégaine pas possible. Peu expressif, le corps frêle et un look sorti de nulle part. Je l’avais aperçu dans le film Imitation Game. Ici, son jeu évolue clairement au fur et à mesure de l’aventure. Il devient de plus en plus vivant. C’est le meilleur acteur de la série.

Jessica Barden (Alyssa) est plus vieille que l’âge de son personnage, mais cela ne se voit pas à l’écran. L’enveloppe de son personnage semble vide, mais elle réussit à lui donner un côté drôle. Ses expressions de visage sont également très fermées. Le seul reproche étant qu’elle reste sur cette lignée jusqu’à la fin à de rares exceptions.

Mais là où il faut vraiment féliciter les casteurs, c’est dans le choix des personnages secondaires. Ils sont tous excellents. Le beau-père d’Alyssa est vraiment une pourriture finie. Sa mère semble totalement perdue et menottée par son nouvel époux. Le père de James est ringard, une loque, mais touchant. Et les autres personnages possèdent tous un trait de personnalité bien distinct et utile. Parfois maladroit, mais souvent juste. C’est du presque parfait de ce côté.

 

J’ai beaucoup aimé cette première saison. Si au départ, j’ai pu avoir des doutes sur le sel du reste de l’aventure, j’ai été rapidement rassuré et j’attends avec impatience de savoir si Netflix se lancera dans la création d’une seconde saison.

 

Avis possible : MAUVAIS, MOYEN, BON, TRÈS BON, EXCELLENT

 


1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.