14ace879-2e6d-4f74-aa35-a898b8d50466

 

L’histoire se déroule à bord de l’ISS (Station Spatiale Internationale). L’équipage, composé de six membres, est chargé de recevoir une sonde venant de Mars contenant une cellule extraterrestre parmi ses échantillons. Le but est de la sortir de son hibernation et de la ramener sur Terre afin de l’étudier.

 

Nous avons six protagonistes.

  • L’ingénieur, le médecin et l’officier de Quarantaine sont Américains (Rory Adams incarné par Ryan Reynolds, David Jordan sous les traits de Jake Gyllenhaal et Miranda North interprétée par Rebecca Ferguson.
  • La commandante de mission est Russe (Katerina Golovkina)
  • Le pilote est Japonais (Sho Murakami),
  • Le Scientifique est Britannique (Hugh Derry)

Et donc, Calvin l’extraterrestre (ce qui fait, sept…)

Étrangement, j’ai aimé ce film. Il n’est pas long et bien rythmé pour ses 1h44.

 

life4

 

Le long-métrage commence par des effets spéciaux, caméra navigant seule dans l’espace et filmant l’ISS ainsi que les rayons orangés du Soleil adoucir l’horizon de notre belle planète. La musique est tout de suite stressante. Comme pour prévenir le spectateur que ces beaux effets visuels peuvent être interprétés comme le calme avant la tempête.

Le premier personnage qui prend la parole est Miranda (Rebecca Ferguson) qui fait office, tout au long du film, de voix narrative pour un journal de bord.

Elle explique qu’ils sont chargés de récupérer et d’étudier un échantillon de sol martien afin d’en découvrir un potentiel signe de vie. C’est Rory (Ryan Reynolds) qui s’en charge. Lâché dans le vide intersidéral, il est percuté de plein fouet par la capsule, mais réussit finalement à accomplir sa mission avec succès.

La séquence en question est tournée essentiellement depuis l’intérieur de la station. Tous les membres de l’équipage sont en apesanteur (et ce sera le cas tout au long du long-métrage -métrage) et regardent par le hublot leur collègue américain manœuvrer. Un long plan-séquence parfaitement bien réalisé avec une musique rythmée. C’est vraiment joli.

Par la suite, sous un doux fond sonore, Hugh (le scientifique) tente de réveiller l’unique cellule souche récupérée parmi l’échantillon de la planète rouge.

Dans un premier temps, il réchauffe l’être. Passant d’une température négative à un standard plus ambiant. Ensuite, il crée plusieurs atmosphères à base d’oxygène et de dioxyde de carbone afin de le faire réagir. Encore une fois, tous les autres astronautes sont groupés à l’extérieur du laboratoire et s’émerveillent aux premiers mouvements du corps extraterrestre.

On sent une atmosphère paisible. Une entente cordiale et sympathique.

Voilà pour l’introduction du film.

 

life3

 

Sur Terre, la population est surexcitée. Les écoles sont en contacts directs avec l’équipage pour les interroger sur l’attraction martienne. L’une d’entre elles a même l’honneur de lui donner un nom : Calvin.

De son côté, celle-ci prend forme suite à la multiplication de ses cellules. Chacune d’entre elles est photoréceptrice, un muscle et une partie du cerveau à la fois.

“Sa curiosité l’emporte sur sa peur.”

Hugh ne cache pas sa fascination concernant Calvin. Malheureusement, après une évolution physique constante, ce dernier ne donne subitement plus aucun signe de vie. Miranda avouera avoir été inquiète du développement rapide de la créature. Après une longue concertation, le groupe décide finalement de stimuler Calvin avec une faible décharge électrique. C’est suite à quelques essais qu’il se réveillera et que l’horreur commencera.

Le scénario est téléphoné. Pas vraiment complexe même s’il reste surprenant surtout sur la fin. Ce qui est intéressant, c’est la mise en scène, le montage et l’intérêt que donne le réalisateur a ses personnages.

Même si ceux-ci sont sous-exploités, ils ont chacun une particularité propre. David Jordan (Jake Gyllenhaal) est celui qui possède le plus d’expérience dans l’espace. Cela fait des mois qu’il est en apesanteur et cela se ressent sur son physique. Ses muscles s’atrophient avec le temps et son seuil de radiation devient beaucoup trop élevé. Malgré tout, il refuse de retourner sur Terre indiquant qu’il aime le bruit de fond et l’air de la station spatiale. Son passé dans l’armée et les atrocités humaines l’ont marqué à jamais. C’est Miranda (Rebecca Ferguson) qui tente de le convaincre que sur la Planète bleue, tout n’est pas comme à la guerre. Une histoire naissante entre les deux?

Elle fait clairement office de conseillère, de grande sœur pour l’intégralité de l’équipage. De plus, elle prend soin de chacun.

Hugh a perdu la mobilité de ses jambes. Il considère le réveil de Calvin comme les meilleurs jours de sa vie. De son côté, Rory (Ryan Reynolds) est le bon vivant. Un rôle comme il a l’habitude de les faire. Très taquin, il reste néanmoins très proche de ses collègues de mission.

Concernant les deux derniers personnages, Sho vient de voir son épouse mettre au monde leur premier enfant et sera l’un des rôles le mieux joués. Très bon acteur. Katerina n’a pas vraiment d’histoire. Elle lance tout de même un pavé dans la mare en dévoilant une clé du récit sur le futur de la mission après le réveil de l’extraterrestre.

Globalement, ce ne sont pas des rôles de composition ultra développés. Pas vraiment d’attache entre eux, et donc pas vraiment d’attache du spectateur envers eux non plus.

 

life1

 

La mise en scène et le montage sont importants, car c’est un film de tension et d’horreur. Une musique stressante sera régulièrement présentée afin de tenir le spectateur en haleine jusqu’à la fin. Les couleurs sont plutôt froides, mais la scène avec les lumières rouge écarlate est vraiment impressionnante dans sa réalisation et sa conclusion. Les screamers seront bien sentis. Pas toujours là où ont les attends et c’est ça qui est intéressant.

Le fait de faire une créature intelligente est super. Car au-delà de l’aspect gore du film, c’est l’aspect psychologique du récit qui est important. Les six humains doivent se creuser les méninges pour devancer les actions d’un être qui a déjà tout planifié. Essayer de le piéger, de le tuer pour sauver sa peau. Parce qu’au fur et à mesure du long-métrage, l’intérêt n’est pas de savoir qui va mourir ou non, c’est de savoir si Calvin va atteindre la surface de la Terre.

Un point négatif à noter, à plusieurs reprises je me suis dit : “Comme par hasard…”

Par exemple, ils essayent d’envoyer un message de détresse à la Terre, et bizarrement, le système de contact lâche en pleine communication. Idem un peu plus tôt, afin d’enfermer Calvin dans le laboratoire, ils décident de fermer toutes les aérations. Mais bien sûr, elles se ferment toutes les unes après les autres… ce qui laisse le temps à l’être extraterrestre de finir par rentrer dans la dernière pendant l’ultime seconde.

 

life2

 

Vous l’aurez compris en regardant les titres que j’ai critiqués jusqu’à maintenant, je ne suis pas adepte des films d’horreur. C’est seulement après trois mois d’existence que ce genre sera à l’honneur sur le blog. Horreur est un grand mot ici, on parlera plutôt de tension.

À quoi pense-t-on quand on associe peur et science-fiction ? Alien, pardi !

Ce film peut être considéré comme un “Alien-like”, mais je ne me risquerais pas à faire la moindre comparaison étant donné que l’œuvre de Ridley Scott me terrifie…

“L’existence même de la vie est corrélée à la destruction”

Cette réplique est pleine de sens. Il y a deux façons de la lire.

  • L’humain détruit tout ce qu’il touche, et pour une fois, à force de vouloir tout maîtriser, c’est cette forme de vie inconnue qui le détruit. Une punition.
  • D’un point de vue plus profond, et au premier degré, tout est vivant. Et pour vivre, il faut se nourrir et donc détruire par conséquent de la vie. Une fatalité.

 

Ce film est bon. Il procure l’effet escompté. Il n’est pas terrifiant, mais vous donnera des sueurs froides. Les acteurs jouent très bien, mais leurs rôles manquent de profondeur et le scénario part de temps en temps dans la facilité. Malgré tout, c’est très beau, bien maîtrisé et la créature est unique en son genre. La surprise sera de la partie, alors soyez prêt et vous ne le regretterez pas.


2 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.