8cd1ff58-176c-407c-a5d8-d55b5f827854

New York – Little Italy

Léon, interprété par Jean Reno, est un tueur professionnel. C’est un homme solitaire qui n’a pour seule attache qu’un patron de restaurant et membre d’une mafia italienne locale : le vieux Tony.

Entre ses contrats, notre personnage principal vit au jour le jour dans un appartement dépravé du quartier de la petite Italie. Lui qui peut paraître ordinaire lorsqu’il prend le tramway ou quand il va faire ses courses, semble avoir un passé difficile dont nous n’aurons que très peu d’information lors du long-métrage. Seul, il boit son lait, arrose sa plante et repasse ses habits précautionneusement. Entretient son corps et se repose assis au fond de son fauteuil… Son seul plaisir ? Aller au cinéma et redevenir un enfant devant l’émerveillement d’une bobine de pellicules. Jusqu’au jour où la petite Mathilda va sonner à sa porte.

Mathilda? C’est sa voisine. Une jeune adolescente de 12 ans battue par son père et qui sèche les cours à longueur de semaine. Elle vit dans une famille recomposée, avec sa demi-sœur et son petit demi-frère, la seule personne qu’elle aime dans ce bas monde. Souvent installée sur le palier de son étage, fumant des cigarettes en cachette, elle croise de temps en temps son voisin solitaire qui constate bien malgré lui la situation dramatique de la jeune fille. Leur seconde rencontre donnera lieu à une très bonne réplique du film :

« La vie c’est comme ça tout le temps ou seulement quand on est petit? C’est comme ça tout le temps »

En règle générale, elle est triste et désespérée. À tel point qu’elle se fera passer pour sa belle-mère quand son école appellera pour lui reprocher ses nombreuses absences et se déclarera morte… Triste ironie du sort quand on sait ce qu’il se passera quelques minutes plus tard.

leon4

Son père stocke de la drogue pour une brigade du DEA. C’est au moment où Stansfield (Gary Oldman) vient récupérer son bien que tout part en vrille. Ce personnage atypique est complètement fou. Il tente de calmer ses excès de colère par de la musique, mais se transforme totalement lorsqu’il croque une pilule.

« J’ai toujours adoré ces petits moments de calme avant la tempête, ça me rappelle Beethoven »

Dans une violence extrême, celui-ci tue sans pitié l’intégralité des membres de la famille de Mathilda. Suite à un grand sang-froid de sa part, celle-ci sera sauvée par Léon.

Leur relation se lie à ce moment-là. Elle est bouleversée tandis que lui tente de la réconforter maladroitement avec une manique de cuisine. D’ailleurs, celle-ci lui servira de doudou plus tard dans le film. On sent rapidement que l’adolescente est fascinée par le tueur à gages et lui demande de lui apprendre son métier. Ce qu’il refuse dans un premier temps. Au fur et à mesure, ils se complèteront et s’aideront l’un l’autre avec leurs lacunes. Leur relation deviendra même ambiguë jusqu’au moment où elle retrouvera par hasard celui qui a détruit sa famille. Mathilda tentera alors de se venger, seule !

leon3

Jean Reno est touchant, fébrile, mais fort à la fois. Charismatique. Sa facilité à démontrer une certaine froideur tout en mettant en avant de l’innocence… son personnage prend son indépendance pendant ce film et ça fait du bien à voir, car on avait un peu de pitié pour Léon. Mathilda l’a rendu plus responsable et lui a donné un autre goût à la vie.

Nathalie Portman est sensationnelle. Pour son âge, elle est d’une incroyable justesse. On ressent clairement que la jeune fille est plus mature que son corps le laisse paraître et c’est bien pour ça que leur relation restera malaisante à la fin.

Et que dire de Gary Oldman qui est parfait. Vous voulez un vrai méchant? Un méchant qui n’a aucun cœur. Un vrai pourri en somme? Le voilà ! Stansfield est une pourriture et Oldman le joue parfaitement bien. Son allure, ses réactions, son esprit tordu. Et de surcroît, il est flic ! Pas d’autre mot que parfait.

leon2

Il y a pas de mal de petites choses à dire sur la réalisation globale du film. 

Les premières minutes nous mettent vraiment dans l’ambiance. Une première scène avec un gros plan sur les mains et le fameux verre de lait du personnage principal, suivi de zoom sur ses lunettes et sur les yeux de son interlocuteur. Léon ? On ne le voit presque pas lorsqu’il est chargé de s’en prendre à sa victime. Éliminant dans un silence inquiétant l’intégralité de ses ennemis. Par la suite, on retrouve la caméra qui longera le long couloir de l’immeuble montrant au fur et à mesure les flics ripoux jusqu’à arriver sur le palier et mettre en avant le cinglé Stansfield. Toujours dans ce même couloir, mais dans l’autre sens, le retour de Mathilda au ralenti qui prend connaissance du carnage tout en avançant jusqu’à la porte de son voisin et accompagnée d’une musique à faire chialer un parpaing.

D’ailleurs, parlons-en de la bande originale. Très classique et larmoyante. Parfois plus douce et mélodieuse, mais globalement sinistre. Luc Besson a mis les petits plats dans les grands afin de procurer le maximum d’émotions à ses spectateurs. Et c’est réussi !

Au niveau du scénario, on peut saluer les risques pris par le réalisateur avec des morts qui peuvent être choquantes (Je ne parle pas de gore, mais plutôt d’impact) et une relation entre une personne majeure et une adolescente extrêmement ambiguë. À tel point que certaines scènes ont dû être coupées du long-métrage. Certaines répliques sont magiques. Je pense bien évidemment au moment où Léon et la jeune fille avancent dans la rue, elle tenant fermement la plante et lui portant sa valise d’arme et qu’il s’arrête pour lui dire :

« – Mathilda, si tu me refais un coup comme ça je t’éclate la tête !

 – Ok

 – Et arrête de me répondre OK, OK?

 – Ok

 – Bon. »

C’est tellement magique, drôle et touchant.

leon1

Ce film est une merveille, il faut le voir absolument. C’est un monument du cinéma. Vous n’allez peut-être pas l’aimer, mais il vous procurera forcément des émotions. La preuve, vous avez été nombreux à le plébisciter !


1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.